Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

David Charles

David Charles

Petits textes au hasard des nuits. Tentatives, essais de style, travail des silences, traversées de désert, dressage de chameaux.


Bulle

Publié par David Vallet sur 9 Janvier 2016, 16:06pm

Ce qui dure gagne, autant dire que nous avions vu juste. Mais nous n’en savions rien. Nos projets, consécutifs, restaient insoumis aux tendances.

Nous construisions. Et le temps passé sur les fondements les rendirent indestructibles.

« Les chansons d’amour, on s’en fout ! » Leur lave lente et tiède aurait séché aux contingences de la vie. Romance de pacotille que seul guérît le royaume de nos bras.
Ils n’eurent, jamais, d’équivalents.

Aujourd’hui encore,   aujourd’hui surtout, je n’envisage rien d’autre.

Il n’est qu’une crainte, au fond. Celle qu’ont tous. Il fallut nous en défaire, éviter les lumières trop vives des enseignes modulables. Nous réussîmes. Il nous est arrivé de frôler l’infini. Ces jours de pluie durant lesquels, de toute façon, il n’y eût rien de mieux à faire.

Nous restons dans l’inédit, et peu importe qu’il fût contraire et peu moderne.

Simplifier au maximum relève d’une intelligence profonde, critiquée certes, par les esprits qui ne savent que savoir. Le voici, l’héritage à laisser. Il n’y a de plus lucide vision de l’amour. Un peu d’air et d’eau se libérant des contraintes de l’apesanteur, donnant grâce au temps.

Les questions n’ont d’importance qu’aux amateurs des décomptes mécaniques, du gavage. A son bout naît l’exploration du réel qui n’en conçoit aucune.

Voir, entendre, l’être sans effusion dynamique, et qu’à chaque fois cela soit neuf. Nous ne laisserons de traces qu’effacées d’avance or celles que nous vivons nous suffisent, jour après jour.

Je crains nous qui le noie s’il ne le sublime ; d’où l’émulsion fine et mâtinée aux rendus pareils mais non définitifs. Nous ne nous serions arrêtés en si bon chemin. Complices en tout jusqu’à l’idiotie stratégique qui déjoua bien de mystérieuses attrapes.

Tenant ta main, écrasé par le ciel, un clin d’œil ; qu’il ne nous sépare pas.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !