Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

David Charles

David Charles

Petits textes au hasard des nuits. Tentatives, essais de style, travail des silences, traversées de désert, dressage de chameaux.


Bougie d'un soir

Publié par David Vallet sur 7 Mai 2017, 15:46pm

Des gradins regarder les gladiateurs cyniques montrer nos misères auxquelles rire équivaut pleurer.

Candeur, nous n’osons même plus t’appeler à la rescousse du néant dont nous sommes déjà, nourris d’autres. Autres soi-même sans croix ni foi dans ces instants-là d’isolement universel, ce qui fait soi confine à l’intime d’une aire imaginaire.
Quelle est cette information qui semble pourtant initiale, au-delà du bien, du mal, du temps et de l’espace ?

Voici, avant que s’éteigne complètement la lueur, que refuse le cœur d’alimenter encore la gardienne d’une mémoire en perdition, l’ultime credo.

Qu’elle garde, qu’elle garde les reflets bleus des matins naissants où dansent les papillons, parmi les parfums roses.
Qu’elle confonde les temps et restaure au présent l’unité parvenue jusqu’à ces contrée très savantes.
Qu’elle garde, tant pis, ces regards parallèles, quelques accords vertigineux qu’il fallut bien jouer pour apprendre le prix coûtant de l’amour.
Quel archet devînt-on dans d’autres circonstances ! Supposant cette femme en rêves étranges, oublions tout des 300'000 ans de lumière maîtrisée, c’est qu’on a déjà tant vécu, au sein de son halo. Dis-nous, flamme, l’histoire vraie qui vaut bien en souffrances limpides celle des despotes ordinaires dont on apprend toujours et encore, de bibliothèques en chaires d’importances, guerres et conquêtes sanguinolentes aux bannières bientôt déchirées. Rien que de naturel. Nos dimensions excluent tout espoir d’idéal perdurant, nourritures diverses pour lesquelles on tue.

Telles saisons, ce qui change ne fait que poursuivre, c’est déjà bien comprendre jusqu’à très tard ce qui sera toujours, que de comprendre cela.

Il est des alternatives toujours, partout, encore faut-il vouloir tenter de guérir, revenir à ce qui dit sans dire une réalité nette de temps.

Allumons ainsi quelque cierge aux baroudeurs anciens, auxquels nous ne saurions que savoir gré d’avoir tant su voler.   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !